Konik


    Bienvenue dans les terres du Mont Konik !
    Après une longue absence de plus de deux ans (2015), Konik le rpg inspiré de Balto et l'Appel de la forêt à rouvre ses portes en 2017 !


    De nombreux prédéfinis sont encore libre!
    Un contexte inédit
    De hauts rangs encore disponibles
    Possibilité de créer sa propre meute et son propre attelage
    Un staff actif et des évents à la pelle!

    Alors ? Qu'attends tu pour te lancer dans l'aventure ?




 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Envie d'un prédéfini?


la Grande Course d'Ouka Road a commencée, souhaitons bonne chance aux participants !

Partagez|

Aux abords de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 38

Fiche de Personnages
Age : 5 ans
Race: Chien Malamute
Relations:

MessageSujet: Aux abords de la ville Lun 21 Aoû - 23:40

Jour de chance ? Sans doute. Alcatraz en était convaincu. Ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait trouver un steak de renne dans la neige. Encore moins sans que personne d'autre que soit ne le trouve. Alors il n'avait pas hésité à s'en emparer, sans vraiment chercher à comprendre de où il venait, ni de comment il s'était retrouvé là. Le principal pour le chien, était de lui offrir sa dernière demeure, son estomac.
Il n'avait donc pas mit longtemps avant de l'avaler, faisant ainsi office de repas. Repas qu'il n'avait pas eu ce jour là, chez Rusher. Lui qui avait pensé trouver des miettes… Il n'en était que plus ravis.

Ce fut donc avec une bonne humeur plutôt inhabituel chez le Rusher qu'il fit demi-tour pour retourner chez son maitre. Histoire de se faire une bonne sieste pour digérer, et profiter encore un maximum du lieu avant le lendemain. Il avait appris qu'il allait participer à l'Ouka Road, dans une autre meute. Tout comme Hero d'ailleurs. Il avait cru un instant qu'elle serait dans la même équipe mais, déchanta vite quand il avait appris que non. Qu'il serait en terrain inconnu, dans tous les sens du terme. Mais soit. Si Rusher l'avait décidé, alors qu'il en soit ainsi. Par contre, autant dire qu'il n'avait aucune idée de ce qu'était réellement cette course. Oh ça non. Et il ne savait pas non plus qu'il ne serait pas à sa place habituel, pour finaliser le cauchemar.

Alors qu'il marchait tranquillement, la queue enroulée sur son dos et la tête à hauteur de dos, il s'arrêta en entendant du bruit. Quand il plongeât le regard dans la ruelle, il aperçut deux chiens errants en train de se battre. Agacé, il grogna et décida de foncer dans le tas. Il se rua sur les deux chiens, et la surprise jouant en sa faveur, il parvint à les faire déguerpir aussi sec, chacun partant de son côté sans demander son reste.
Alcatraz redressa la tête, fier et sûr de lui. Il resta là un instant, comme pour s'assurer que le calme était revenu, puis entreprit de reprendre son chemin…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27

Fiche de Personnages
Age : 2 ans
Race: Golden Retriever
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Mer 23 Aoû - 22:28

Momo pionçait sagement dans la ruelle, au creux d'un carton, se reposant après sa course matinale et ses quelques affaires avec les Saltimbanques quand des grognements à quelques pas de lui le firent ouvrir un oeil. Et voilà que les deux corniauds recommençaient. Deux chiens des villes, de la Bande pour être exact. Même en faisant partie du même groupe, ils étaient capables de se mettre sur la truffe pour un oui ou pour un non. Un bâillement plus tard et le sablonneux était sur ses pattes. Alors qu'il allait sortir pour calmer le jeu, il fût stoppé net par une masse sombre fonçant sur les deux malotrus en grondant.

Surpris, des yeux comme des billes, il passa sa tête hors de son carton pour voir le célébrissime mastodonte Rusher faisant son travail de Saltimbanque. Sortant de son petit trou, il osberva la fierté du mâle qui allait s'en retournait à ses occupations. Toujours des yeux comme des billes, Momo était malencontreusement posé en plein milieu de la voie du géant, la bouche entrouverte.

- Ah bah ça alors par exemple... Laissa-t-il échapper en faisant planer un silence de quelques secondes interminables. Un sourire se ficha bientôt sur son museau. Vous avez pensé à vous reconvertir Monsieur Alcatraz ?! Si ça c'était pas une prouesse d'autorité, j'm'en vais me caler au milieu des ours !

Ses expressions étaient parfois peu compréhensibles mais le jeune chien témoignait un profond respect pour le géant et sa technique d'arrêt des altercations. Momo se demandait vraiment ce que l'on reprochait aux Rushers...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 38

Fiche de Personnages
Age : 5 ans
Race: Chien Malamute
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Jeu 24 Aoû - 14:36

Il se retourna donc pour rentrer tranquillement mais se retrouva pratiquement nez à nez face à un chien couleur sable qui le regardait avec des yeux ronds. C'était quoi cette chose ? De mémoire il ne lui avait même jamais semblé avoir croisé un chien de cette race là. Enfin, si c'était une race ? De toute évidence ce n'était pas un Malamute. En somme, il ne valait donc pas mieux que les autres races, pure ou non. Mais soit. Le point important sur le moment, c'est qu'il lui bloquait purement et simplement la route. La ruelle était étroite de base. Alors il plissa un peu la truffe, de mécontentement, écoutant à peine ce que l'autre venait de lui dire. De toute façon il devait un peu délirer, vu qu'il parlait de reconversion. Alcatraz était un chien de mine parce que Rusher l'avait décidé. Point barre. Il n'y avait donc pas à revenir là dessus.

Gardant la tête haute, les oreilles droites et la queue roulée sur son dos, il finit par laisser ses crocs apparaitre tout en laissant échapper un léger grognement, avant que sa voix grave, un peu enrouée ne se fasse entendre.

- Pousse-toi…

Il n'oublia pas cependant à ponctuer sa phrase par un aboiement sec, signifiant clairement qu'il ne le répéterait pas une deuxième fois. Oh non. Alcatraz voulait partir d'ici, rentrer chez lui, et dormir en attendant sa prise de service du soir. D‘ailleurs, les poils de son dos s'hérissèrent, histoire d‘être encore plus clair dans son message.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27

Fiche de Personnages
Age : 2 ans
Race: Golden Retriever
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Sam 26 Aoû - 20:01



Momo resta interdit. Des sueurs froides dans l'encolure plus tard, il se poussa sur le côté à vitesse grand V, plaquant sa patte contre son crâne, prenant un air sérieux. Ce qui était difficile pour lui,
avouons le.

- A vos ordres mon Capitaine ! S'exclama-t-il en gardant cette position de garde-à-vous. Mais, très vite, à nouveau emporter par sa fougue et une forme d'admiration pour la technique du molosse, il reprit la parole.

- Mais... Quand même... Comment faites-vous pour avoir autant d'autorité sur les citadins ? Vous êtes un exemple pour tout bon saltimbanque ! Lâcha-t-il avec fierté, bombant son torse et relevant la truffe. Oui, il était fier d'être un Saltimbanque et ne doutait pas que tout le monde devrait l'être. Il sourit de toutes ses dents à l'intention du grand chien des neiges au sombre caractère. Momo est un chien optimiste. Sans doute trop.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 38

Fiche de Personnages
Age : 5 ans
Race: Chien Malamute
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Dim 27 Aoû - 22:31

Alcatraz continuait de grogner d’agacement devant ce chien de ville. Jusqu’à ce que celui-ci ne se dérobe pour se mettre de coté en une posture des plus étranges. Al’ cessa ses grognements, le regardant faire, puis se remit en route, sans même un merci. Ni même un acquiescement ravis, en voyant le chien céder à sa demande. Cela coulait de source pour lui. Il demande, on s’exécute. Que ce soit un Rusher ou un autre chien, c’était pareil. Que ces demandes soit clairement compréhensive ou pas d’ailleurs. Mais ça lui échappait parfois, que les autres ne pouvaient pas lire dans ses pensés. Oh non… Pour lui sa demande est logique, donc… Il n’avait pas forcément besoin de clairement l’énoncer.
Pensant pouvoir reprendre tranquillement sa route, il fut rapidement blasé en entendant le chien revenir à la charge. Il semblait impressionné par ce qu’il venait de faire, comme-ci cela avait été un exploit immense. Mouai. Vue l’attitude de ce chien couleur soleil, il c’était vite dit qu’il ne devait pas avoir la moindre autorité. Les autres devaient plutôt rire de lui.

Il prit néanmoins la peine de le regarder, lorsqu’il parla des… Des Salta quoi ?… Autant dire qu’il ne savait pas du tout de quoi il parlait. Les trucs de Citadin, et même des autres attelage ne l’avait jamais intéressé il faut dire. Mais en tout cas, ce chien là semblait plutôt fier de lui. Et de son appartenance à ce groupe. Un groupe sans valeur encore une fois. Comme la Bande. Il grommela un peu pour la forme, en toute réponse, puis bifurqua en sortant de la ville, de manière à couper la route au saltimbanque, et fit pour longer le mur, histoire de ne lui laisser aucune place pour le suivre aussi facilement, tout en montrant les crocs et en grognant un peu. Il espérait ainsi que le chien le lâche, et le laisse continuer son chemin sans déblatérer plus de mot. Et si l’animal continuait de le suivre, il ne savait pas vraiment comment il allait faire pour ne pas avoir envie de le bouffer.

D’ailleurs un Humain les vit plus loin, et avait donné un coup de coude à son camarade en les montrant du doigt… Il ne semblait pas vraiment à l’aise de voir le Golden en compagnie d’un Rusher…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27

Fiche de Personnages
Age : 2 ans
Race: Golden Retriever
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Mar 29 Aoû - 17:55



Momo continuait d'avancer, en espérant une réponse du grand Alcatraz dont il avait tant entendu parler par les autres chiens de la ville. Bien sûr, loin d'être l'idiot pour lequel on le prenait, le Golden avait remarqué l'attitude peu enjouée du mâle face à lui. Mais qu'importe. Il agissait selon son rôle et continuerait ainsi : il était un chien de compagnie joyeux et pitre après tout. Il le suivit même dans les plus petits recoins, racontant parfois des banalités avec l'envie d'en apprendre plus sur lui. Après tout, il ne devait pas être si mauvais que ça au vu de sa réaction précédente !

Un des hommes de la ville, un des habituels "clients" de caresses et gourmandises du jeune mâle, venait de les repérer. Momo tourna la tête laissant échapper une exclamation alors que le dit homme semblait l'appeler.

- On dirait bien Jimmy ! S'exclama le toutou sablonneux avec un large sourire, langue pendante. Bougez pas, si y a bien quelqu'un qui a toujours de la nourriture à revendre, c'est bien lui !

Et le Golden partit à sa rencontre en remuant du popotin et en faisant quelques vocalises, content de voir cet humain là.

- C'est ça, viens Momo ! Bon chien ! L'homme le gratifia d'une caresse et Momo commença à lui lécher la main. Tiens, pour toi mon gros pèpère. Fit Jimmy en agitant la peau en trop du jeune chien qui attrapait goulûment la nourriture mise au sol. Et avant même que l'homme puisse faire autre chose, le Golden tourna les talons, la bouche pleine de viande séchée, et retourna vers Alcatraz. Jimmy s'attrapa la tête entre les mains, répétant à tue-tête " Mais qu'il est con... Mais qu'il est con ce chien ! " Et de finir par le suivre.

Momo, quant à lui, trop occupé à garder dans sa gueule les différents morceaux de viande dure, n'y fit pas attention. Il vint déposer le butin aux pattes du puissant chien des mines, tout joyeux, affichant un large sourire et battant de sa queue touffue l'air.

- Qu'est-ce que je vous avais dit ? Toujours plein de bonnes choses ce Jimmy !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 38

Fiche de Personnages
Age : 5 ans
Race: Chien Malamute
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Mer 30 Aoû - 0:08

Alcatraz avait tout tenté pour essayer de paumer le chien qui le suivait. Et l’entendre continuellement palabrer l’agaçait de plus en plus. Il lâcha un grognement mécontent à un moment avant de se taire quand il entendit les parole du chien. Il avait parlé de bouffe ? Autant dire que là, ça l’intéressait. Beaucoup même. Stoppé dans sa marche il avait posé le regard sur le Golden, laissant échapper un léger aboiement, qui ressemblait énormément à un « Quoi ? ».
De nouveau silencieux, il le suivit du regard, se retournant pour mieux observer son manège. Ainsi il put voir l’Humain le caresser, lui parler, après lui avoir donné la viande séchée. De la viande séchée… franchement, c’était bien moins bon que le steak de renne qu’il c’était engloutie juste avant.

Mais c’était là encore une chose qui lui échappait. Comment avait-il fait pour recevoir de la nourriture, comme ça ? Il suffisait juste de remuer la queue en jappant ? Ronald lui ne réagissait pas ça. Ou plutôt il envoyait paitre l’idiot qui aurait osé faire ça. D’un bon coup de chaussure, généralement. Surtout si on le dérangeait dans ses affaires.
Puis le chien revint sur ses pas, peu de temps après avec la viande séchée. Il les déposa aussitôt aux pattes d’Alcatraz qui le regarda faire, encore plus interrogatif. Pourquoi ? Il y avait un piège, c’est ça ?… Pourtant au vue de son regard… Il n’avait pas l’impression d’y voir une quelconque once de méchanceté, ou même d’agressivité. Mais il n’arrivait pas à comprendre son geste. Il savait pourtant qui il était, et donc il devait connaitre la réputation de son attelage. Il devait avoir une case en moins. Oui, ça devait-être ça. Il voyait pas d’autre réponse.

Al n’allait pas cracher sur de la bouffe gratuite par contre. Au ça non. En plus visiblement il ne fallait pas se battre pour la récupérer celle là. Le chien les lui avait laissé sans même qu’il ait à montrer le moindre croc, ou à faire entendre le moindre grognement. Al’ n’avait pas non plus spécialement faim. Mais bon. Il ne savait pas quand serais son prochain repas après tout. Alors il n’attendit guère plus longtemps et entreprit d’avaler la viande que le Golden lui avait apporté. Bien bien… ça lui donnait une raison, en somme de ne pas le réduire en charpie s’il continuait de l’agacer. Il était utile. Si Ronald oubliait une nouvelle fois de leur donner de quoi manger, il savait où aller. Et visiblement, il avait apprécié qu’il stop le combat de chien dans la ruelle. Pourtant… Il avait juste pas apprécié cette cacophonie qu’ils faisaient dans leur lutte. Il n’y avait rien eut d’héroïque dans son geste. Du moins, pas de son point de vue.
En tout cas il avala tout, ne laissant rien dans la neige. Il jugeait ainsi que la journée était une sorte de calme avant la tempête du lendemain pour l’Ouka Road. Enfin. Il grommela pour la forme et entreprit de reprendre son chemin, la queue toujours enroulé sur son dos avant d’apercevoir l’Humain. Il ne continua pas sur sa lancé, et regarda l’homme qui avait suivit le chien à la fourrure soleil… Le tout sans une once d‘agressivité, du moins, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27

Fiche de Personnages
Age : 2 ans
Race: Golden Retriever
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Dim 3 Sep - 14:29



Tout mangé... Le chien des Mines avait tout mangé devant un Momo abattu momentanément par ce manque cruel d'esprit de partage. Plus de queue battant l'air, plus de sourire, seulement un museau grand ouvert dans une mine dépitée. Pas même une miette ne restait au sol. Certes, il savait bien que les Rusher mangeaient peu à leur faim mais il avait eu le petit espoir de recevoir une part de son butin.

Tant pis, il irait se mettre plus tard au niveau du bar - si jamais il le retrouvait dans cette fichue ville aux rues labyrinthiques - et ferait le pitre. Ca marchait toujours. Il sourit donc à nouveau, quelque peu perplexe par la réaction de son compagnon de marche du moment... Il avait grommelé - sans doute une forme de remerciement très Rusherien - et fait mine de partir, Momo prêt à se mettre sur ses talons, avant de s'arrêter. Qu'est-ce qu-... Ooh ! Momo venait de comprendre. Derrière lui, Jimmy avançait. Penaud. Tremblotant comme un enfant. Le Golden pencha la tête sur le côté : Alcatraz faisait donc si peur que ça ? Même pour les Hommes ?

- Gen-... Gentil le gros toutou poilu... J'viens récupérer l'idiot sablé ! Annonça-t-il en montrant ses mains bien en vu. Momo n'avait pas de doute : l'idiot, c'était lui. Pourquoi, ça, il l'ignorait. De plus en plus perplexe, le chien s'assit, laissant son long pelage épais se tremper dans la neige.

- Tu crois qu'il veut encore nous donner de la viande séchée ? Demanda-t-il, oubliant sa politesse dans son étude rapide de l'humain. Alors qu'il n'était plus qu'à quelques centimètres du Golden, celui-ci sauta en avant pour le faire tomber dans la neige dans un aboiement joyeux, lui léchant le visage et l'obligeant à se rouler en boule. L'homme tenta de ramper et... Il se retrouva bien vite aux pattes d'Alcatraz, un Momo tout content de lui sur le dos, langue pendante, alors que l'autre être humain - peu téméraire puisqu'il n'avait pas bouger d'un pouce - observait la scène, tout crispé.



Jimmy parle en teal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 38

Fiche de Personnages
Age : 5 ans
Race: Chien Malamute
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Dim 3 Sep - 18:57

Alcatraz n’avait nullement fait attention à l’air dépité du chien face à lui. Il lui avait donné non ? Et puis de toute façon, il n’aimait pas partager. Surtout pas avec un chien. Mais alors qu’il s’apprêtait à repartir, avec l’autre chien au basque -a son grand désarroi- un mouvement l’avait stoppé. Son regard c’était alors posé sur cet humain, qui agissait bizarrement sur le coup. Puis il se rappela que oui, les Rushers faisaient peur. Même aux autres deux pattes. Et encore plus quand Ronald était avec eux. Forcément. Ronald était le plus fort de tous. Il était le meilleur.
Mais pour le coup, son humain n’était pas là. Donc inutile d’avoir peur non ? Alcatraz ne comptait pas le manger. Ni le mordre. Ni même le bousculer. Mais il la sentait, sa peur. Et autant dire que ça le troublait pas mal. Il avait l’habitude de la peur chez les chiens, qui avaient le don de l’agacer soit dis en passant, mais chez les deux pattes… Non. Alors il continua de fixer l’homme, sans vraiment savoir comment réagir, se demandant même s’il allait pas l’attaquer par peur.

Al’ regarda les mains de l’homme, toujours interrogatif et perplexe, puis regarda Momo. Il plaqua néanmoins les oreilles lorsque le chien fit tomber l’humain. Il faisait quoi là ? S’il reconnaissait bien un coté joyeux chez le chien, la peur présente chez l’homme commença à rendre fou le Malamute. Il ne comprenait pas la scène. Il ne comprenait pas pourquoi le chien couleur soleil agissait de la sorte. Il ne comprenait pas non plus pourquoi il avait mit cet homme par terre, et encore moins pourquoi cet homme était effrayé sur l’instant. Ni pourquoi l’autre plus loin n’était pas rassuré. Sa queue se déroula, prenant une posture plus agressive, alors qu’il finit par montrer les crocs en laissant échapper un grognement.
Dans la seconde qui suivit, il s’élança en avant, passant par-dessus l’homme au sol pour percuter le chien, de tout son poids, tout en essayant de le mordre au cou par pure réflexe. La violence… C’était la seule chose qu’il connaissait pour régler les problèmes, et les « conflits ». Et tant pis si l’autre le détesterait après. De toute façon, il avait l’habitude d’être détesté. Même au sein même de sa meute. Et à ses yeux, la situation actuel réclamait une réaction virulente de sa part.

Hrp : Je te prépare à l’arène *roule*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27

Fiche de Personnages
Age : 2 ans
Race: Golden Retriever
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Lun 4 Sep - 15:13


Le jeune mâle était on ne peut plus fier de se trouver sur le dos du bon Jimmy, un jeune de la ville qui bossait dans l'échoppe du pâtissier local. Jimmy l'aimait bien lui aussi, sans doute moins en cet instant. C'est donc avec surprise que Momo se sentit éjecté de son piédestal humain par l'immense masse du malamute. Un gargouillement de surprise fût étouffé dans la gorge du Golden alors qu'il tentait d'éviter les crocs de l'impressionnant minier ! Le jeune ne comprit décidément pas cette réaction soudaine chez Alcatraz et vit que Jimmy non plus.

En outre l'humain restait à quatre pattes sur le sol, la bouche grande ouverte, les yeux exorbités, se demandant sans doute si cette réaction n'était pas de la défense envers lui, semble-t-il attaqué par l'idiot qu'était le doré. Son compère, toujours aussi loin, poussa juste un cri de surprise. Le Golden ne devrait donc pas compter sur une aide des bipèdes pour se sortir de ce mauvais pas. Un peu comme d'ordinaire en fait.

Curieusement, le jeune chien ne broncha pas tellement : ni couinement, ni grognement ne sortir de sa gorge alors qu'il tentait de repousser ce chien qui, il fallait le reconnaître, avait la plupart des avantages physiques et tactiques.

- On se calme M'sieur Alcatraz ! J'jouais juste avec lui ! S'écria-t-il en tentant de le repousser avec ses pattes arrières. Pas une mince affaire, avouons-le. Mais il avait suffisamment côtoyé des chiens des Mines et de la rue pour comprendre que certains ignoraient ce qu'était l'amusement avec un être humain... Mais là, il devait le reconnaître, il craignait largement plus pour son cou que lorsqu'il se retrouvait face à des corniauds !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 38

Fiche de Personnages
Age : 5 ans
Race: Chien Malamute
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Lun 4 Sep - 23:05

Alcatraz ne s’occupait plus de l’humain, trop occupé à vouloir faire comprendre à l’autre chien qu’il fallait qu’il se calme. S’il voulait le tuer ? Oh non. Il n’était pas assez énervé pour ça. Mais il voulait se montrer assez dissuasif. En somme il aboyait furieuse contre sa cible, essayant de mordre ce qu’il pouvait sans vraiment être dérangé par les pattes arrière du chien qui tentait de le faire reculer. Enfin. Presque. Les crocs du Rusher claquait dans l’air, à quelque centimètre de la peau de sa victime, dut à ses mouvements. Peut-être l’avait-il touché à un moment ou un autre… Lancé dans son élan il ne s’y était pas accroché, et par conséquent, la morsure devait-être moindre.
Quoi qu’il en soit il n’écouta pas les paroles de sa victime, mais finit par se calmer et à le relâcher, bien que restant toujours dans une position agressive, crocs découvert, et grognement menaçant. Le chien soleil avait eut une bonne réaction, à ne pas vouloir se débattre, et à n’émettre aucun grognement. Ou peut-être étais-ce juste de la stupidité ?

Quoi qu’il en soit il finit par se calmer doucement, et tourna les talons pour regarder l’humain qui était à quatre pattes dans la neige. Il allait bien ? Pourquoi ne s’était-il pas relevé ? Alcatraz contourna l’humain, restant à une distance respectable au cas où -souvenir des coups de Rusher quand il le collait trop- et vérifia qu’il n’avait rien. Visuellement il semblait en bonne forme. Alors il en fut content et remua légèrement la queue. Dans la continuité il regarda l’autre humain plus loin, se demandant bien pourquoi il était pas venu les rejoindre, puis s’arrêta de nouveau sur l’autre chien. Sa queue arrêta de remuer, alors qu’il le regardait avec suspicion.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27

Fiche de Personnages
Age : 2 ans
Race: Golden Retriever
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Mar 5 Sep - 13:37


Dès que Momo ne sentit plus de pression, il s'empressa - toujours sur le dos - de vérifier que tout était encore à sa place, que rien n'ait été arraché par mégarde. Il poussa un soupir de soulagement en constatant qu'il était toujours entier, que son cou n'avait pas été ouvert.

Pendant ce temps, Jimmy semblait plus que estomaqué de la réaction de l'impressionnant malamute qui se mit même à remuer, de façon moindre que le Golden certes, la queue en constatant son état.
Il en conclut donc que le fameux chien de Rusher avait donc bien tenté de le protéger. Il sourit et se mit assis dans la neige en riant gentiment, assez heureux en fait. Et soulagé qu'aucun des deux ne se soit blessé dans cette altercation. La tête entre les genoux il continuait de rire.

- Ah... Ces chiens sont pas possibles... 'Vont me tuer... Murmura-t-il en souriant, regardant Momo fair son manège puis Alcatraz qui semblait prêt de nouveau à étriper le sablonneux. SAM ! J'CROIS QUE LE POILU M'AIME BIEN ! Cria-t-il à son compère qui se cachait toujours les yeux.

Momo lui, finit par se remettre assis en fixant son comparse minier, au regard suspicieux.

- Bah y a du boulot, ma foi... Lâcha-t-il en se grattant nonchalamment et en souriant au chien de traîneau. Vous avez jamais connu le jeu avec les humains, hein m'sieur Alcatraz ? Vous savez, ils aiment ça les bipèdes qu'on vienne leur léchouiller la peau ! Enfin pas tous... Avoua-t-il en fermant les yeux, la mine blasée. le Vieux Gregor n'aimait pas ça. Et il le faisait savoir en faisant pleuvoir quelques coups de bottes. Ou de bouteilles, ça dépendait. Langue pendante, les pattes arrières sur le côté, il avait une position ridicule. Vous devriez essayer sur Jimmy, c'est un bon gars ! Il marqua une pause, semblant mal à l'aise, se tortillant légèrement. Par contre... Si vous pouviez ne plus me regarder comme si vous alliez me dévorer... Je vous en serais reconnaissant, m'sieur Alcatraz...

Se retrouver à quatre pattes, sur le dos, en train de se défendre contre les crocs impressionnants du malamute n'était plus du tout dans ses plans. Jamais.

Nope that's perfect Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 38

Fiche de Personnages
Age : 5 ans
Race: Chien Malamute
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Mer 6 Sep - 19:04

Al grognait contre le chien un peu plus loin, mais c’était calmé en entendant le rire de l’humain. Il c’était tourné pour regarder ce Jimmy, se demandant bien qui pouvait le faire rire. Il n’avait pas vraiment souvenir d’avoir entendu Rusher réellement rire. Enfin. Il avait beau aimer les bipède sans poils, il ne pouvait pas prétendre les connaitre par cœur, bien au contraire. Son modèle n’était après tout pas vraiment représentatif. Mais soit. L’humain n’avait plus peur. Alors il s’assit, bien plus calme, et n’ayant plus en tête l’idée de transformer l’autre chien en tapis de fourrure. Il n’y prêtait plus vraiment attention à dire vrai, du moins jusqu’à ce que celui-ci ne se remette à parler.

Aussitôt il posa son regard d’ambre sur lui, tout en l’écoutant plus ou moins. Non, il ne comprenait absolument pas ce que l’autre pouvait lui dire. Leur léchouiller la peau ? Jouer avec ? Mais il était fou ? Plus jeune il avait tenté oui. Sur Rusher. Et avait rencontré la botte du minier en plein dans les cotes. Oh oui. Il avait eut mal et avait appris à voler ce jour là. Il avait vite intégré que ce n’était pas une très bonne idée. Même plutôt à proscrire. Alors il comprenait rien à ce que l’autre pouvait lui dire. Il en fit même une moue peu convaincu, et blasé aussi, baissant un instant les oreilles.
Il était donc hors de question qu’il essaie quoi que ce soit. Oh ça oui. Si cet humain voulait le gratouiller qu’il le fasse. Mais lui s’en approchera pas sans qu’il ait fait le premier pas…

- Crétin…- finit-il par grommeler, l’étouffant dans un grognement léger.

Il n’écouta même pas la dernière phrase du chien d’ailleurs, même s’il restait poli. En faites cette politesse et cette joie lui prenait un peu la tête au final. C’était pas possible d’être comme ça… Pas dans sa logique en tout cas. Du coup il grommela une fois de plus et détourna le regard pour regarder l’homme à terre.

Al reporta néanmoins son regard sur l’homme un peu plus loin. Il avait peur ?… Curieux de savoir ce qui lui faisait peur, il se leva et alla le voir -la queue toujours enroulé sur son dos- tout en ne le quittant pas du regard. Il resta à distance respectable et tourna autour de lui pour voir s’il avait pas un soucis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27

Fiche de Personnages
Age : 2 ans
Race: Golden Retriever
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Dim 10 Sep - 15:30



Et voilà qu'on le traitait de nouveau de crétin. C'était sa journée aujourd'hui. Il rit doucement, gêné. Momo devait reconnaître que c'était souvent l'idée qu'on se faisait de lui et au fond, les gens n'avaient pas tort, Hommes comme animaux. Mais il était parfois d'une grande aide et de très bons conseils ! Il suffisait juste qu'il se concentre un peu et il se trouvait être, en réalité, un chien assez compétent dans les relations sociales. Ou même à la chasse. Il aimait bien la chasse. Les oies sont assez stupides pour être attrapées plus facilement qu'on ne le pense. Et ne parlons pas des rongeurs, comme ces fichus lemmings.

Ce fût le rire d'autant plus fort de Jimmy qui poussa Momo à se reconcentrer sur son camarade poilu pour voir qu'il avait... Tout simplement disparu de son champ de vision. Le Golden tourna sur lui-même, un peu affolé, pour constater qu'il se dirigeait vers le deuxième homme, totalement inconnu de Momo d'ailleurs.

- Allez, Momo, on va les voir. Glissa doucement Jimmy en se redressant et gratifiant le sabloneux d'une caresse sur la tête. Le chien acquiesça d'un aboiement et trottina, comme l'humain, vers les deux zouaves. Le dénommé Sam s'agitait d'ailleurs, voulant reculer mais incapable de bouger. Momo comprenait : se retrouver face à un puissant malamute, ça fout toujours les boules.

Langue pendante, Momo aboya joyeusement dans sa direction, le faisant sursauter. Jimmy quant à lui,
continuait de gratifier le Golden de quelques caresses que le chien semi-errant appréciait plus que tout.

- Bon allez, fais pas ta petite nature Sam. J't'assure que le poilu il est gentil. Regarde, il a pas étripé Momo encore ! Conclut-il, le doigt levé. Le doré acquiesça doucement : même si le mastodonte en avait eu envie, il ne l'avait pas fait. Le jeune Sam, sans doute un gars de la ville, semblant âgé de plus de vingt ans - Momo n'est pas très doué pour déterminer l'âge d'une personne, c'est d'ailleurs parfois un soucis - finit par fermer les yeux en tendant la main vers Alcatraz. Momo attendit, la langue pendante, la queue battante : il était persuadé qu'Alcatraz allait finir par faire le pas vers l'humain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 38

Fiche de Personnages
Age : 5 ans
Race: Chien Malamute
Relations:

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville Dim 17 Sep - 20:52

Alcatraz tournait autour de cet humain, comprenant pas son malaise, et sa peur. Qu’avait-il bien put voir pour être dans un état pareil ? Le Malamute regarda autour de lui, sans rien voir de plus à dire vrai. Du moins pour le moment. Il se reconnectera sur l’homme avant de sursauter lorsque l’autre chien aboya. Aussitôt Alcatraz se retourna vers ce chien trop joyeux et aboya de colère contre lui. Au milieu de tout ça on aurait presque put entendre un « ta gueule » de sa part. C’était inconcevable pour lui d’avoir à faire à un chien aussi bruyant. Il grogna ainsi son agacement avant de se tourner de nouveau vers l’autre humain, pas plus rassuré que ça.

S’en suivit après ça une discutions entre les deux Humains, que le Malamute ne compris plus que ça. Le Rusher était revenu près de celui qui continuait d’avoir peur, se disant que peut-être, il allait falloir le protéger de quelque chose. Mais de quoi ? Ça c’était une autre histoire. Il allait falloir rester sur le qui-vive. Silencieux il s’assit, sa queue se posant sur la neige, alors qu’il regardait de nouveau l’Humain.
Il regarda l’homme d’un air interrogatif, alors que celui-ci fermait les yeux en tendant la main vers le grand Malamute. Heu… ? Il voulait quoi ? Al’ resta immobile, interrogatif, penchant la tête légèrement sur le coté. Mouai… Il voulait peut-être qu’il parte ? Quand il comprenait pas une demande de Rusher, généralement il s’éloignait. Sa fonctionnait dans 95% des cas. Dans les 5% restant il se prenait une rouste monumentale et enregistrait rapidement ce qu’il avait voulut de lui. Autant tenter dans ce cas, il ne souhaitait pas s’en prendre plein la figure de toute façon. Ça augmentait le risque de blessure, et les blessures, c’étaient pas spécialement bien vue. Surtout si elles tournaient mal. Ou qu’elles étaient trop grave.

Alors il se leva, enroulant de nouveau la queue au dessus de son dos et s’éloigna d’un pas tranquille, la tête haute. Il n’avait peut-être plus grand-chose à faire par ici, et puis, il fallait qu’il rentre. Qu’il se repose. Enfin. Qu’il bosse à la mine avant de prendre le départ demain.
Ainsi il snoba royalement le chien à la fourrure couleur soleil, et passa à coté de l’autre Humain, en remuant doucement la queue. Sans chercher plus loin il s’éloigna, regagnant tranquillement le bout de la rue pour reprendre la route qu’il avait entreprit de prendre au départ.



hrp : Sorry pour le temps x.x j'avoue avoir pas mal hésité sur comment réagir XD....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Aux abords de la ville

Revenir en haut Aller en bas
Aux abords de la ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Les bandits dictent leur loi, au centre ville les autorités abdiquent
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konik :: 
Terres RPG
 :: 
    Ville
 :: L'entrée de la ville
-
Sauter vers: