FORUM EN MAINTENANCE POUR REOUVERTURE
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Envie d'un prédéfini?


Partagez | 
 

 I'am a machine pv/Fahrenheit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hero

avatar

Messages : 68
Pawllars : 37

Fiche de Personnages
Age du personnage: 5 ans.
Sous groupe: RUSHER - Chienne de barre
Relations:

MessageSujet: I'am a machine pv/Fahrenheit    Lun 14 Déc - 22:51


Hero avait la gueule en sang. Littéralement. Ses babines étaient écorchées et un liquide en découlait, sur son corps musculeux, quelques poils étaient collés entre eux. Témoignant simplement la présence ou le passage de ce même liquide pourpre sur elle. Aux côtés de la femelle tricolore assise, Ronald Rusher vantait les mérites de son cabot, riant au nez de l'autre qui avait perdu son chien et son argent dans la bataille. Hero ne disait rien, les prunelles encore imbibées des images sanglantes d'il y a quelques heures, de ces hurlements qu'elle entendait distinctement à présent, de ces mirettes terrifiées. Son ennemi s'était accroché à la vie, même renversé par le monstre des Rusher, il avait tenté de survivre, ignoré totalement par la chienne de barre. Comme d'habitude, elle allait jusqu'au bout. Sortant de cet affrontement avec des blessures mineures soignées à la va-vite. Ronald donna finalement un léger coup de pied aux fesses de son canidé de barre, lui faisant ainsi comprendre qu'elle pouvait partir.

L'imposant masse tricolore déguerpit alors, trottant avec une certaine légèreté en dépit de son ossature impressionnante. Hero avait les oreilles basses, se pourléchant les babines, ignorant les quelques regards terrifiés, dégoûtés, surpris ou choqués des autres chiens miniers. Elle n'avait rien à leur dire et l'inverse également, ils avaient de toute façon bien trop peur. Seuls les Rusher savaient plus ou moins comment interagir avec la chienne de barre. En particulier Sam, d'ailleurs. Les deux femelles étaient étonnamment proches, rare de voir Sam non-collée par Hero. Cette-dernière tournant généralement toujours autour de la chienne aussi rusée qu'un renard. C'est d'ailleurs elle que la tricolore cherchait en vain, espérant peut-être qu'elle ai réussit à lui garder un peu de nourriture de côté. La colosse aux yeux d'or avait raté l'heure du repas de quelques minutes et avec les déchirements qui existaient à ces moments-là, il ne devait rien rester.

Farfouillant alors auprès des tentes, la truffe au sol, l'immense chienne cherchait en vain quelque chose à se mettre sous les crocs. Rien. Définitivement rien. Résolue, Hero alla un peu de côté, prenant place sur son arrière-train et scrutant les hommes avec attention. La faim lui tiraillait complètement l'estomac, pour cette fois, elle volerait quelque chose aux hommes. Qui oserait de toute façon la reprendre ? En dehors de Ronald, rare étaient les hommes qui osaient frapper directement la Rusher avec les mains. Mieux valait s'emparer d'une pelle. D'ailleurs, elle sentait davantage les coups de pelle que ceux des mains et ça, Ronald Rusher commençait finalement à le comprendre.

Les prunelles d'or de la chienne captèrent un mouvement et la femelle détourna d'abord ses oreilles vers l'arrière avant de tourner l'avant de son corps. Hero observa un instant le chien présent là. Fahrenheit, son collègue, compagnon Rusher, compagnon directe de barre. En somme, ils étaient les deux énormes chiens de barres impressionnants que rare désiraient embêter. Alors, les deux côtes à côtes, c'était plus qu'impressionnant. Peut-être pour cela qu'un chien préféra détaler loin des deux colosses. « Fahrenheit. », déclara simplement Hero, la gueule déchiquetée, la mine affaiblie ou plutôt, fatiguée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fahrenheit

avatar

Messages : 30
Pawllars : 15

Fiche de Personnages
Age du personnage: 5 ans
Sous groupe: Rusher - Wheel Dog
Relations:

MessageSujet: Re: I'am a machine pv/Fahrenheit    Mar 15 Déc - 13:47







I am a machine

Fahrenheit
Hero

They call me a monster, too


Enfin, les chiens sortirent des entrailles de la terre, regagnant la surface pour un repos bien mérité, et Fahrenheit sentit la brûlure du soleil couchant sur ses paupières, éblouit comme un nouveau-né.

La journée à la mine s'était mal déroulée. Un léger éboulement avait emporté avec lui des outil des mineurs, blessant également un homme, et le bâtard avait finit par comprendre ce que cela signifiait. Rusher aurait besoin d'argent.
Le mâle noir poussa un grondement : un chien mourrait ce soir, et ça ne serait pas lui.
Il avait encore combattu il y a avait deux jours de cela, et le souvenir du paquet de viande froide auquel il avait réduit son adversaire lui rappela que c'était pour eux l'heure de manger. Au contraire de certains mushers, leurs humains semblaient toujours prendre un malin plaisir à laisser les chiens se battre pour obtenir de quoi se repaître, ce qui n'était pas sans offrir un arrière-goût d'arène à Fahrenheit. Le passé nous suivait toujours, après tout.

Après les avoir regardé se déchiqueter pour garder leur nourriture, les mushers libérèrent leurs chiens et les laissèrent vadrouiller dans le camp ; le chien de barre repéra des Rushers dans un des coins mais ne distingua pas la fourrure atypique d'Hero. Remarquant également son absence au "festin", il comprit que c'était elle qui morflerait ce soir.

Les deux chiens de barre de Rusher étaient des monstres. Les deux colosses dépassaient les autres chiens en force et en taille, parfois même d'une tête ; mais ils étaient surtout réputés pour leur caractère violent et sans pitié, aussi étaient-ils de ceux que l'on faisait le plus souvent se battre. Fahrenheit avait déjà vu des maîtres annuler un combat en voyant l'un des deux approcher.

Le mâle gris jeta un regard autour de lui : de par sa simple carrure, il décourageait les autres canidés de s'approcher. Une bonne chose, pensa-t-il. Leur présence n'était que nuisance sonore et gâchis d'espace.
Seul, à l'écart des autres, le chien de barre se coucha au pied d'un des wagons et regarde le soleil disparaître.

Au bout d'un moment, il n'y eu plus comme seule source de lumière que les feux que les bipèdes avaient allumés un peu partout dans le camp. Fahrenheit regardait sans grand intérêt les flammes s'élever non loin de lui, quand de familiers relents de sang affluèrent dans sa direction et captivèrent instantanément ses sens.

- Fahrenheit.

Hero, sa collègue de barre, avait effectivement tiré le gros lot. Elle s'était un peu blessée dans le combat mais le sang qui la couvrait, en grande quantité et en provenance directe de sa gueule, ça, Fahrenheit pouvait jurer que ce n'était pas celui de la chienne.
Il ne s'attendait pas à ce qu'on lui rende visite. Le bâtard la tolérait à ses côtés quand ils leur fallait tirer la charge, mais à l'extérieur, il n'avait jamais réellement parlé à la rusher. Comme à tout les autres d'ailleurs : il n'en voyait pas l'intérêt.

- Hero.

La voix grave de Fahrenheit sonna presque comme un grondement. Il observa un instant la chienne et le sang qui la couvrait puis planta de nouveau son regard dans le sien.

- Beau carnage.

Le bâtard fut prit alors d'une quinte de toux qu'il ne parvint pas à retenir, avant de gronder de frustration peu de temps après. D'habitude, Fahrenheit les étouffait pour ne pas que Rusher le remarque, mais il lui fallait bien avouer que le travail dans la mine ne lui réussissait pas, tout comme ce collier qui, malgré le temps, entravait toujours autant son poitrail massif.



© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakushi-world.forumactif.fr
Hero

avatar

Messages : 68
Pawllars : 37

Fiche de Personnages
Age du personnage: 5 ans.
Sous groupe: RUSHER - Chienne de barre
Relations:

MessageSujet: Re: I'am a machine pv/Fahrenheit    Sam 19 Déc - 3:54


Les prunelles d'or de la femelle s'assombrirent un fugace instant. "Beau carnage" ? Elle abaissa ses yeux en écoutant distraitement la toux brutale de son collègue de barre, comprenant facilement qu'avec ce à quoi ils étaient sans cesse exposés, ce genre de problèmes arrivaient. Il fallait surtout qu'ils ne persistent pas sous peine de finir lâcher dans l'arène de combat pour toujours, jusqu'à la mort. Ronald ne s'embêtait pas à soigner des animaux malades et c'est par ailleurs pour cela qu'Hero camouflait son mal de dos à tous. Son harnais qui prenait son corps entier avait beau être adapté, tirer si prêt le chariot, en dépit de sa force musculaire aberrante, cela devenait compliqué au fil des années. Ne restant pas longtemps bloqué sur cette quinte de toux, Hero était plutôt bloquée sur les deux mots d'apparence simple, de son homologue colossale. Le pensait-il ? Qu'il y avait t-il beau dans cela ? Tout son passé s'était résumé à ces combats acharnés, à la fuite de ces choses-là mais Hero avait été crée pour ces combats. Modelée par les hommes, destinée purement et simplement à tuer ses homologues canidés. Elle l'avait comprit. Ils l'avaient comprit. C'était simple et pourtant si compliqué, si la chienne se sentait sur le coup galvanisée par un sentiment de puissance, de dominance total, au final, elle ne s'en sentait que plus dépravée.

Le goût du sang de l'autre sur sa langue lui fit retrousser un instant ses babines abîmées et la femelle finit par relever son arrière-train, se détournant complètement vers Fahrenheit. Face à face, le mâle sombre et la femelle tricolore étaient réellement impressionnants. Hero le scruta, ses prunelles dénuées d'émotions et imprégnées d'un néant total étaient glissées sur le mâle rayé. La chienne de barre finit par soupirer avec une lassitude palpable, détournant sa tête vers son flanc droit, puis le gauche, observant le mieux possible son large corps à la fourrure incroyablement touffue. Ce combat n'avait au final pas été compliqué pour elle, sa monstruosité avait littéralement écrasée l'autre pauvre chien qui aurait pu la remplacer. Encore un fois, le sort pouvait bien se fendre la poire face au désespoir d'Hero qui portait en vérité bien mal son nom. L'époque où ce vieil homme le lui avait donné semblait à des années lumières. Personne n'avait prit la peine de la renommer. Peut-être un nom qu'elle porterait mieux ? Rusher ne se préoccupait aucunement de cela.

« Ne dit pas que c'était beau. C'est faux. »

Gronda la chienne sans aucune animosité, plutôt blasée, frustrée contre elle-même et cette incapacité à se contrôler. Silence avait beau dire, elle se sentirait éternellement comme un monstre, les autres le disaient, elle l'était. Tout devait être simple car dans son esprit, c'était déjà beaucoup trop compliqué. Hero prit place de nouveau sur son arrière-train, aucunement entravée par son harnais ou un collier, Ronald avait tout retiré avant l'affrontement et n'avait pas encore prit la peine de lui mettre quoique ce soit. Après tout, qui oserait voler Hero ? Peu l'approchaient. De plus, la femelle de barre était certainement la plus fidèle et loyale de part sa peur incommensurable de son musher. La jeune bâtarde pencha légèrement sa tête sur le côté, lui offrant à l'instant un petit air moins effrayant en dépit de sa mine patibulaire et empreinte de lassitude.

« Tu devrais mieux cacher tes toux. Je dis ça comme ça mais si Ronald le remarque, tu vas partir. Ou alors les autres vont penser que t'es faible. »

Hero ne démontrait pas particulièrement d'attention envers Fahrenheit, ce n'était pas comme si elle s'inquiétait pour lui : il était très puissant. Peut-être en avait-elle marre des changements dans l'attelage ? Parce que oui, c'était encore quelque chose la perturbant gravement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fahrenheit

avatar

Messages : 30
Pawllars : 15

Fiche de Personnages
Age du personnage: 5 ans
Sous groupe: Rusher - Wheel Dog
Relations:

MessageSujet: Re: I'am a machine pv/Fahrenheit    Sam 19 Déc - 14:20







I am a machine

Fahrenheit
Hero

They call me a monster, too


- Ne dit pas que c'était beau. C'est faux.

La voix dénuée de sensations d'Hero répondit de manière cru au chien de barre, ce qui ne lui fit ni chaud ni froid. Aucun des deux n'étaient des enfants de choeurs, il ne gronderait pas pour ça. Par contre il lui fallait avouer qu'elle avait raison. Ce n'était pas de la beauté, mais de l'habitude morne et grise, avec des soupçons rouges de sang versé. S'arrêterait-il un jour de couler ?

- Pas faux. Au moins t'as survécu.

La chienne avait dans ses prunelles d'or un air que Fahrenheit connaissait bien : ces yeux qui avaient de la joie et du rire avant, avant de voir, avant de perdre la vue. Aujourd'hui ils étaient vides, livrés à l'horreur, absents,simplement ailleurs. Les deux rushers côtoyaient l'arène quasiment quotidiennement, il n'était pas étonnant qu'Hero et lui partagent ce même air presque détaché. Une question vint alors à l'esprit du bâtard gris. Lui avait vécu dans l'arène pendant une bonne partie de sa vie, mais qu'en était-il de la chienne de barre ? Il ne savait rien sur elle, elle ne savait rien sur lui. C'était ainsi, pas autrement et pas étonnant.

Le mâle gris tourna la tête vers le camp des humains.

- Tu devrais mieux cacher tes toux. Je dis ça comme ça mais si Ronald le remarque, tu vas partir. Ou alors les autres vont penser que t'es faible.

La poussière de la mine le faisait tousser, oui, mais ce n'était pas pour autant qu'il était faible, oh que non. La remarque piqua le colosse au vif et celui-ci se mit à gronder, son pelage se gonflant légèrement en contrastant avec la pâleur des nombreuses cicatrices qui parsemaient son corps. Ses trophées. Fahrenheit, malgré ses combats, se souvenait de la moindre de ses blessures. Puis celles-ci, ou du moins la souffrance occasionnée par elles, s'étaient transformées en un vivant témoignage, preuve qu'il avait survécu, et pas les autres.

- T'inquiètes. Qu'ils osent, voir.

Le ton de défi qu'avait prit Fahrenheit allait de paire avec ses muscles qui se tendirent quelques instants, avant que le grand mâle ne se calme. Comme la tension, la discussion retomba et les deux chiens restèrent silencieux. Hero ne semblait pas tenir en place, ne cessant de se tourner vers la gauche, puis la droite, contrastant avec l'immobilité de son collègue de barre.

S'il n'avait pas été lui, Fahrenheit lui aurait demandé ce qui lui arrivait. Mais la parole et la sociabilité étaient deux choses que le rusher ne maîtrisait pas, et puis, ce n'était pas ses affaires après tout. Il remarqua néanmoins, en plus de la pose que prenait la femelle et qui lui fit plisser les yeux, suspectant une douleur quelque part, l'absence de harnais sur son pelage coloré, voire même de collier. C'était une erreur que Rusher ne faisait pas avec Fahr. La confiance n'était pas là. La crainte non plus.

- Pourquoi tu t'enfuis pas d'là ?

Le mâle noir le savait bien ; le jour où il aurait le malheur d'être désentravé, il deviendrait un électron libre agressif et avide de fuite. Et s'il mourrait, eh bien, tant mieux pour lui.


© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakushi-world.forumactif.fr
Hero

avatar

Messages : 68
Pawllars : 37

Fiche de Personnages
Age du personnage: 5 ans.
Sous groupe: RUSHER - Chienne de barre
Relations:

MessageSujet: Re: I'am a machine pv/Fahrenheit    Sam 19 Déc - 19:39


Hero comprenait. Elle savait bien que Fahrenheit ne ferait qu'une bouchée de ceux qui oseraient s'en prendre à lui, il les déchirerait en deux à l'aide de sa force monstrueuse. Tout comme Hero ferait de même. Un bref moment de tension s'était élevé mais la tricolore n'y avait pas particulièrement fait attention, une pensée simple traversant son esprit lorsque ses prunelles captèrent les muscles de son collègue. Que donnerait un affrontement entre eux ? A présent, chacun avait sa place alors ils ne combattraient certainement jamais l'un contre l'autre, c'était certain mais, cela l'intriguait. Comment aurait prit fin un combat entre eux, deux colosses, deux bêtes à la vie menée par ces combats, aux corps endurcis, aux techniques et réflexes formées par des années dans les arènes. Ils avaient tout deux le même âge à peu près, peut-être la même expérience ? Cela donnerait certainement un affrontement sanglant, spectaculaire, chaotique. Un choc de titans qui se solderait par la mort de l'un des deux chiens de barre.

« J'ai peur de mourir. »

Fit-elle simplement en réponse au Rusher à la fourrure de noir et de gris et aux mirettes aussi dorées que les siennes. Toute sa vie avait été aiguillée par un fragile espoir la menant à une peur aberrante de la mort, c'est ce qui l'avait toujours fait se relever, se battre jusqu'au bout, survivre. La peur de mourir, de finir avec une balle entre les deux yeux ou enfermée une nouvelle fois dans une cage, attendant le prochain combat, à peine nourri. Elle avait déjà vécu cet Enfer et à côté de ça, la vie au sein des Rushers semblaient idyllique. De toute façon, si elle fuyait, où irait-elle ? Traîner en ville ? Ronald ne perdrait pas de temps à remettre la main sur elle et à la balancer dans le prochain combat, ne lui réservant plus que cela. Des combats jusqu'à que mort s'en suive. Au final, pour Hero, Ronald Rusher représentait assez bien la Mort.

« De toute façon je suis trop bête pour survivre dans la rue, je pense. »

Conclu la tricolore en haussant ses larges épaules, la mine pensive. La femelle avait réussit au fil des années à se persuader de son manque cruel d'intelligence, de ruse, de capacité à réfléchir et penser. L'aide des autres avaient à peine été utile, celle des humains un peu plus. Réduite à l'état de chien de combat sans cervelle, un monstre pur et simple, Hero s'était persuadée de cela avec brio. De toute façon, jusqu'à maintenant, peu avait tenté de la convaincre de l'inverse. Peu se penchait sur son cas puisque tous avaient trop peur de s'approcher de la chienne de barre. De toute façon, avoir Sam pour réfléchir, être rusée et intelligence à sa place, cela suffisait amplement à la tricolore. Les prunelles dorées de la Rusher se relevèrent en direction de Fahrenheit et elle arqua un sourcil, la mine quelque peu intriguée.

« Parce que tu aimerais f-... oh. »

Un grognement sourd s'échappant de son estomac lui coupa la parole. La faim la rattrapait mais c'était terminé. Elle ne mangerait plus que demain puisqu'elle ne savait même pas chasser une souris ou un lapin. Hero n'avait jamais vécu dans la rue, toujours les humains l'avaient nourris. Pour cela également que sa dépendance à eux était aussi grande. La chienne observa un instant son ventre puis reposa ses yeux sur son homologue.

« Hm, il n'y a plus à manger de toute façon. Enfin bon, je demandais : tu voudrais fuir toi ? »

Hero s'était toujours arrangée pour faire des phrases relativement simples, renforçant chez les autres d'avoir affaire à une simple d'esprit. Était-ce vrai ? Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fahrenheit

avatar

Messages : 30
Pawllars : 15

Fiche de Personnages
Age du personnage: 5 ans
Sous groupe: Rusher - Wheel Dog
Relations:

MessageSujet: Re: I'am a machine pv/Fahrenheit    Mar 22 Déc - 3:07







I am a machine

Fahrenheit
Hero

They call me a monster, too


- J'ai peur de mourir.

Fahrenheit serra les crocs et émit un bref grondement désapprobateur. Elle avait le droit d'avoir peur, ce n'était pas ses affaires après tout. Il avait aussi connu cette crainte, autrefois, et puis à force de la côtoyer et de l'apporter, la mort avait cessée de l'effrayer. Elle viendrait, tôt ou tard. Il ne s'agissait que de la retarder et de lui donner la vie dure, à cette garce. Les deux rushers semblaient avoir réussi, pour le moment ; le mâle noir et gris ne répondit pas.

- De toute façon je suis trop bête pour survivre dans la rue, je pense.


Hero haussa les épaules comme s'il eut s'agit d'une fatalité, un fait avéré qui se contredisait lui-même ; car une personne bête n'en avait pas la moindre idée, et seules les personnes autour d'elle en aurait souffert - or les collègues de la bâtarde ne souffraient que de la proximité de ses crocs. Cette fois-ci, Fahrenheit se releva, dominant, et à peine la chienne eut-elle finit de parler qu'il répondit.

- T'en sais rien.

Faire des phrases longues, entretenir une discussion, tout cela était inhabituel pour le chien de barre, qui fut obligé de marquer une pause. Il n'aimait pas les autres. Il n'aimait pas parler. Mais il aimait encore moins qu'une chienne de sa trempe joue la drama queen. Peu importe ce qu'elle avait traversé.

- T'as jamais vécu la rue.

- Parce que tu aimerais f-... oh. Hm, il n'y a plus à manger de toute façon. Enfin bon, je demandais : tu voudrais fuir toi ?

Leur discussion fut interrompue par le ventre affamé d'Hero, sur lequel Fahrenheit déposa quelques instants son regard, sans vraiment y porter de l'intérêt. Cela aurait été un bon entrainement, qu'elle vole ou qu'elle chasse de quoi calmer un peu son estomac, jusqu'au lendemain au moins. Encore fallait-il qu'elle en ai le courage. Le bâtard voyait la chienne comme téméraire et prête à toute, mais la peur qui l’étreignait devait sûrement agir en contre-sens.

- Ouais. Pas grave si j'meurs en tentant l'coup.

Le chien commença enfin à desserrer les mâchoires et s'assit, ses yeux dorés posés sur la cicatrice de la morsure encerclant sa patte avant, puis sur le campement face à eux. Le vent froid qui soufflait était atténué par la chaleur émanant du camp, mais faisait remuer leurs fourrures, doucement. Les autres se terraient auprès du feu, mais voila que les deux chiens de barre se tenaient seuls à l'écart, comme s'il avait s'agit d'un monde dont ils n'avaient jamais fait partie.
Cela ne changerait peut-être jamais. Et Fahrenheit s'en foutait.

La voix grave du mâle sonna alors de nouveau, prononçant d'étonnantes paroles. Grave. Rapide. Autoritaire.

- Vole. Chasse. Nourris-toi.

Peut-être le ferait-elle. Peut-être que non. La vie et la conscience de Fahrenheit ne changeraient pas le moins du monde si elle le faisait ; le résultat, encore une fois, lui importait peu. Ce n'était pas ses affaires.


© REIRA DE LIBRE GRAPH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakushi-world.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'am a machine pv/Fahrenheit    

Revenir en haut Aller en bas
 

I'am a machine pv/Fahrenheit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amélioration du Léviathan ; Installation de la machine à vapeur !
» ৩ all that money can't buy me a time machine. 29/10; 10h
» Comment bien se servir d'une machine a laver ?
» Vending machine
» La machine à hasard!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konik :: 
Terres RPG
 :: 
    Les mines
 :: Campement
-