FORUM EN MAINTENANCE POUR REOUVERTURE
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Envie d'un prédéfini?


Partagez | 
 

 Inspection.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Inspection.   Mar 9 Déc - 21:25

Attent!on : scène(s) violente(s).


    La pause déjeuné était terminée et le travail reprenait dans les mines proches de Konik. On pouvait déjà entendre le monotone bruit des pioches qui martelaient la roche, les grognements d'effort des hommes qui soulevaient de lourds chargements et ceux des chiens qui tiraient les chariots. Monté sur un cheval alezan qu'un éleveur de la ville lui avait gracieusement prêté, n'étant pas encore habitué à se déplacer en traîneau et n'ayant de toute-façon pas son propre attelage, le shérif Serrable choisit justement ce moment pour arriver dans le camp des travailleurs. Près de lui marchait sa chienne, Rexia, qui n'avait pas eue beaucoup à forcer depuis le départ vu qu'il avait tenu sa monture au pas. Les gents qui travaillaient sur place se tournèrent vers eux... certains avaient un simple regard curieux, d'autres plus sombre. Peu importe la communauté, les hommes de lois n'étaient pas apprécié par tous. Mais Darian ne s'en émoustillait pas : il ne faisait qu'observer les hommes en ne bougeant que les yeux, surveillant leurs faits et gestes. Arrivé près du centre du campement, l'homme et sa bête plissèrent le nez : ça sentait fort le sang. Mais la monture ne semblait pas s'en émoustiller.

    Quelques hommes partaient encore d'autour d'un enclos qui avait été aménagé là. Certains enfournaient de l'argent dans leurs poches. Le shérif mit pieds à terre, près de sa chienne qui, méfiante, rendue mal-à-l'aise par l'odeur, observait chaque homme qui passait un peu trop près. Au centre de l'enclos, dans la poussière poisseuse et rougie, se tenait deux chiens. Tout-deux étaient en sang, couvert de morsures et de griffures. Mais tendis que l'un d'entre-eux se tenait debout sur ses quatre pattes, crispé, le poil hérissé, bavant et fumant comme un taureau dans une corrida, l'autre était à-terre, la respiration sifflante, le corps tremblant. Sa gorge était ouverte, mais il vivait toujours. Deux homme s'approchèrent prudemment du chien encore debout, lui passèrent une chaîne autour du cou et s'en allèrent avec lui. Un autre s'approcha, un revolver à la main, et le pointa sur la tête de celui qui était à-terre.

    Rexia n'était pas là depuis bien longtemps, mais elle savait déjà que dans les mines, c'était ainsi que les chiens tireurs étaient choisis : afin de déterminer les plus fort, on les faisait se battre. Le survivant gagnait sa place, mais si le perdant était trop amoché pour travailler, alors... mais la bergère-allemande ne voyait pas les choses comme-ça : montrant les crocs, elle voulut courir pour s'interposer à l'horrible scène, mais une main ferme la retint par le collier.


    -Assise, Rexia ! Ordonna son maître.

    Bien qu'en colère, elle obéit... elle obéissait toujours. Elle détourna la tête pour ne pas voir, mais elle entendit le coup de feu qui lui coucha les oreilles. Darian, lui, dure et froid, regarda, mais un voile étrange masqua ses yeux. D'une faible voix pour que seule sa chienne l'entende, il dit :


    -On ne peut rien y faire, aucune loi n'interdit cela... pour le moment.

    C'était finit, le chien allait être emporté elle ne savait où et les parieurs allaient reprendre le travail. Le shérif confia son cheval à un jeune homme et s'éloigna de l'enclos, suivit de sa chienne. Il trouva bien vite l'homme qu'il cherchait : un petit-homme patibulaire, portant une salopette et sentant le charbon de bois. Un insigne lui indiqua qu'il était l'un des chefs de mine. Il enleva son bonnet et dévoila son crane dégarni. Malgré la fraîcheur ambiante, Rexia fut surprise de voir à quel point il transpirait.

    -Bonjour, shérif, dit-il. Quel bon-vent vous amène par chez-nous.

    Darian Serrable salua l'homme en pinçant le bout de son chapeau et en inclinant la tête. Observant les travailleurs à l'ouvrage, il marmonna :

    -Simple contrôle de routine. Je viens faire l'inventaire de tout ce qu'il se trouve ici et vérifiait la sécurité des mines.

    Il sortit de son pantalon un stylo et deux calepins, un où il comptait noter tout ce qu'il verrait, un où il avait déjà noté ce qu'il avait lu dans les registres des marchants de la ville. Oh, il ne serait pas trop sévère : si il comptait plus de nourriture ou de couverture que ce qu'il avait noté, il fermerait les yeux... en revanche, il comptait être intransigeant sur tout ce qui touchait à la sécurité, la gnôle, les armes et les munitions, la TNT ou tout autre produit toxique et dangereux.

    Rexia, elle, savait déjà ce qu'elle avait à faire : elle laissa son maître à sa discussion et partit enquêter de son côté. Tendis qu'elle s'avançait dans le camp, certains hommes et chiens la regardaient bizarrement : il n'était pas habituel de voir un chien libre, sans harnais, se promener par-là. Mais son maître avait palier à toute éventualité et avait ajouté un accessoire à son collier avant de venir : une médaille en forme d'étoile avec marquée "Shérif" dessus, et son nom au dos. Ainsi, les gents savaient que cette chienne n'était pas l'une de leurs bêtes qui s'était enfui et ils la laissaient tranquille.

    Rexia entra dans un hangar où, elle le sentait, était stocké des explosifs. L'un de ses rôles était de s'assurer qu'ils étaient aux normes... au moindre problème, elle devait aboyer pour attirer son maître. L'une des caisses venait justement d'être ouverte. Elle s'appuya sur le bord avec ses pattes de devant, debout sur celles de derrière, sortit le couvercle d'un coup de museau et commença à flairer à l'intérieur...
Revenir en haut Aller en bas
Thorök

avatar

Messages : 292
Pawllars : 65
Age : 20

Fiche de Personnages
Age du personnage: 6ans
Sous groupe: Goldsmith
Relations:

MessageSujet: Re: Inspection.   Mar 9 Déc - 23:09

Tiens donc, mais qui venait pointer le bout de son nez?
Une nouvelle tête, rien n'était plus intéressant aux regards de Thorök. Un grand homme portant l'un de ses chapeaux que l'on attribuait si bien aux rangers vint se montrer au campement des mineurs en tant que nouveau shérif de Konik. L'homme avait l'air plus sérieux que l'ancien, un calepin et un stylo dans la main il semblait noter tout ce qu'il voyait de suspect. Interloqué, le bâtard qui observait la scène de loin, tapis derrière la tente du vieux McOwen un mineur respectable, plaqua son oreille valide le long de son crâne et plissa doucement les paupières.
Le nouveau shérif était pour le moins intriguant et voulait apparemment s’immiscer dans la vie des chercheurs d'or du coin. Il était venu accompagné d'un camarade à quatre pattes, une chienne du type chien de berger. Thorök n'en avait vu aucun de ce genre jusqu'à présent. L'animal n'était pas ici pour jouer les figurants, à peine son maitre s'était-il entêté à noter toutes les incongruité du camp qu'il - ou plutôt elle - s'était mise en route pour mener sa petite enquête, visiblement.

Pendant que tous les autres se contentaient de dévisager celle qui n'était pas forcément la bien venu dans le coin Thorök, lui, se montra beaucoup plus curieux. Comme à son habitude il voulait savoir ce qui se tramait et surtout ce qu'elle venait chercher sur leurs terres: Les terres des mineurs. Car finalement, les lois et les règles étaient en tout point différentes de celle de Konik ici, l'ancien shérif n'étant pas du genre à être trop à cheval sur ce qui se déroulait dans le coin.

Le bâtard de Goldsmith avait pris garde de suivre la chienne du shérif avec discrétion. Il connaissait le campement comme sa poche et de se fait il en connaissait chaque raccourci et savait où chaque intersection menait.
L'imprudente s'était engagé sur le chemin qui conduisait au hangar. Suspicieux et surtout appréciant peu le fait qu'elle vienne fouiner dans ce coin là - par simple fidélité à l'égard de son maitre et des hommes d'ici - Thorök continua de la suivre, sur ses talons. Alors qu'elle s'était enfoncée dans la vieille bâtisse de bois et avait perdu sa truffe dans l'une des caisses ouverte, trop concentrée dans travail pour remarquer quoique ce soit, le bâtard brun sortit de l'ombre, les babines légèrement plissées.

Là, il était venu s'approcher d'elle en trottinant, la tête haute et l'air noble. Il planta ses quatre pattes à un mètre à peine de la fouineuse et se racla la gorge comme pour prévenir de sa présence.

- Eh bien. On dirait que quelqu'un met son nez où il ne devrait, hum? Il avait observé bien la chienne et l'avait fait dégager de la caisse d'un léger coup d'épaule après s'être approché d'avantage. C'est là qu'il avait pût discerner la respectable médaille qu'elle portait autour du coup.

- Tiens donc... Shérif. Avait-il fait remarquer, comme s'il n'était déjà pas au courant. Compte tenu de l'attitude de son maitre et ainsi de sa propre attitude à elle, il était plus qu'évident qu'elle était là dans le cadre d'une enquête.

- Il n'y a rien à voir par là. Juste quelque explosif... Il avait marqué une courte pause pendant laquelle il s'était assis, glissant sa langue sur ses crocs à l'émaille blanc, presque jaunis par le temps. Puis il avait reprit: A votre place Shérif je n'irais pas mettre la truffe la dedans.. Sait-on jamais si ça explose.

Simple excuse pour la décourager de continuer, bien qu'il savait que le simple fait de renifler la poudre n'allait pas vous faire exploser les naseaux.
Il vint se gratter négligemment derrière l'oreille droite, l’œil fermé et l'autre planté sur la bergère allemande.

- Que vient donc faire notre bon Shérif par là, hum? Il avait ensuite arboré une mine déconfite: Il n'y a absolument rien d’intéressant par ici...


Dernière édition par Thorök le Mer 10 Déc - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inspection.   Mer 10 Déc - 21:41

    Dans la grande caisse de dynamite se trouvaient des cageots plus petits, devant au bas-mot contenir une trentaine de bâtons chacun. Ils étaient conçus pour être facilement transportés. Il manquait deux cageots, et l'un de ceux qui restaient avait été délesté de trois de ses bâtons. Mais l'odeur de la poudre était bien présente... ce n'était pas une odeur agréable, mais Rexia y était habituée, maintenant : l'un des grands but de son dressage avait été de lui apprendre à reconnaître l'odeur de la poudre, celle des balles comme celle des explosifs, et de savoir déterminer avec précision si la quantité s'y trouvant été normale. Alors ces caisses, qui devaient être une douzaine dans le hangar, en plus des bocaux de nitroglycérine et autres produits, elle comptait bien les vérifier une à une. Quelqu'un toussota derrière-elle... au moins, le nouveau venu eut l'amabilité de se signaler, elle ne sursauta pas, ne fit que coucher les oreilles dans sa direction comme pour lui dire qu'il avait son attention... elle revanche, elle fut surprise lorsqu'il la poussa et la renvoya sur ses quatre pattes.

    Rexia se tourna vivement vers le chien. C'était un mâle ayant un air de malamute, comme elle en avait vu tant depuis qu'elle avait emménagé dans la ville. Il était plus grand qu'elle... cela-dit, il ne l'impressionnait pas : forte de son rang et de son caractère en générale, elle se dressa et lui fit face. Ses oreilles étaient légèrement couchées en arrière... ce n'était pas une menace, mais elle sentait, cela-dit, que ce chien n'était pas particulièrement ravi qu'elle farfouille dans le coin... aucun chien, ni homme qu'elle avait croisé, n'avait été ravi. Jusque-là, elle n'avait rencontré que des chiens sympathiques, dans les rues de Konik... mais elle avait l'impression que les chiens domestiques de Konik et les chiens des mines étaient aussi différents que les chiens en général et les loups : l'un était plus dangereux que l'autre. Par ce geste, elle lui signifiait seulement qu'elle se méfiait, et qu'elle se défendrait si le besoin se faisait sentir.

    Elle écouta le chien lui parler, tout en détaillant du regard. Elle remarqua quelques cicatrices sur son pelage brun-roux... ce grand malamute avait des muscles impressionnants qui roulaient sous sa peau, et un visage dure... il devait faire un travail difficile dans les mines et l'expérience marquait ses traits. Elle se demanda si, comme celui qu'elle venait de voir, il avait subi un combat avant d'être accepté dans l'attelage et si c'était là qu'il avait été blessé et que son oreille avait été brisée.

    Rexia n'avait pas vraiment apprécié sa façon de tenter de l'éloigner des caisses... mais il n'avait rien fait pour vraiment la menacer, quoi qu'elle avait froncés les sourcils en le voyant se lécher les crocs... elle ne trouva pas de raison de se montrer autrement que méfiante, pour le moment. Alors elle lui répondit d'un ton égal :


    -Simple contrôle de routine. Mon maître et moi venons nous assurer que les stocks des mineurs sont correct. Et sache que je ne mets jamais mon nez là où il ne faut pas...

    Elle n'avait beau pas être une chienne des mines, il n'allait pas lui apprendre comment marcher la dynamite. Elle en avait fini avec cette caisse, de toute-façon. Alors elle partit vers une autre, toujours aussi droite, passant devant lui comme pour le défier d'essayer de l'empêcher de faire ce qu'elle devait faire. Elle arriva devant une autre caisse, fermée, celle-ci, et recommença à flairer. Elle gardait, cela-dit, un oeil sur l'autre chien.

    -Pourquoi tu ne veux pas que je fouille par-là ? Demanda-t-elle. Si ton maître n'a rien à se reprocher, il ne risque rien.

    Elle fit le tour de la caisse, tachant de sentir la quantité de poudre entre les interstices du bois.

    -De plus, je fais ça pour ta sécurité. Certains mineurs, pour allaient plus vite, augmentent la quantité de poudre dans les bâtons pour avoir une plus forte explosion. Mais c'est dangereux. Elle se redressa et le regarda, un sourcil levé : je doute que tu ais envie que toi et ton attelage soyez ensevelis sous un tas de rochers parce qu'une explosion était trop forte.

    Contrairement à cet autre chien avec le risque d'explosion, elle ne bluffait pas : c'était déjà arrivé, c'était la raison pour laquelle elle était venu ici en premier. Autant son maître s'inquiétait pour les humains, elle, elle voulait protéger les chiens. Elle reprit son inspection en continuant :

    -Et dans l'autre sens, certains vendeurs n'hésitent pas à réduire la quantité de poudre dans les bâtons pour pouvoir en faire plus et vendre plus. Mais avec moins de poudre, les explosions sont moins puissantes. Je doute que ton maître soit content si le travail est ralentit à cause de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Thorök

avatar

Messages : 292
Pawllars : 65
Age : 20

Fiche de Personnages
Age du personnage: 6ans
Sous groupe: Goldsmith
Relations:

MessageSujet: Re: Inspection.   Lun 22 Déc - 18:50


- Pourquoi tu ne veux pas que je fouille par-là? Si ton maître n'a rien à se reprocher, il ne risque rien. C'était tout à fait vrai, mais les chiens des mines et leurs maitres d'ailleurs étaient du genre à ne pas vraiment apprécier que l'on vienne fouiller dans leurs affaires qu'elles soient immorale ou non. Le rouquin fixa la chienne de berger lui passer sous le nez pour inspecter d'autre caisse. Il fit lentement grincer ses crocs les uns contre les autres avant de plisser légèrement le haut de sa babine.

- De plus, je fais ça pour ta sécurité. Certains mineurs, pour aller plus vite, augmentent la quantité de poudre dans les bâtons pour avoir une plus forte explosion. Mais c'est dangereux. Je doute que tu ais envie que toi et ton attelage soyez ensevelis sous un tas de rochers parce qu'une explosion était trop forte. Petit à petit les poils venaient se hérisser le long du dos du bâtard roux. Il la fixait de ses deux iris vaironnes, attentif à ses moindres mouvements.

- Et dans l'autre sens, certains vendeurs n'hésitent pas à réduire la quantité de poudre dans les bâtons pour pouvoir en faire plus et vendre plus. Mais avec moins de poudre, les explosions sont moins puissantes. Je doute que ton maître soit content si le travail est ralentit à cause de ça. Quand elle eu finis il leva les yeux au ciel et se rapprocha à nouveau d'elle, la contournant et tentant de s'interposer entre elle et les caisses, jouant de ses épaules pour la pousser loin des conteneurs.

- C'est bien gentil mademoiselle là shérif Siffla t-il, Mais jusqu'à présent tout a toujours bien fonctionné et ce même sans les inspections dérangeante d'un shérif fouineur. Il haussa les sourcils et se racla la gorge.

- N'allez pas nous porter la poisse toi et ton maitre... Tout allais bien jusqu'à maintenant alors maintenant va foutre la truffe ailleurs. Il fallait les comprendre: Les mineurs étaient tous buttés et lorsque l'on vit sans aucune autorité, avec ses propres règles, le premier type qui s'autoproclame shérif et s’immisce dans votre petit train de vie et de suite mal accueillit. Thorök n'était pas profondément méchant ou particulièrement du genre à vouloir mettre des battons dans les roues des autres sans raison mais il fallait l'avouer, Thorök s’inquiétait pour son maitre et pour son travail. Il fallait être lucide, la mine et tout ce qui s'y tramait c'était loin d'être du moderne et du légal. Les gens de la ville et les mineurs, ils étaient différents et finalement c'était presque une culture de travailler dans la boue et la poussière de la mine.

Le bâtard plaqua les oreilles et doucement il laissa l'émaille blanc de ses crocs se dévoiler sous des babines qui se relevaient lentement.

- C'est la dernière fois que je te le dis. Shérif ou non s'il faut te tirer par la peau du cou pour te faire sortir de ce hangar je ne me garderais pas de l'faire. Pauvre chien agressif surement à cause de l’inquiétude. Le chien de barre des Goldsmith envoya claquer sa mâchoire dans le vide en avertissement, le regard dardé dans celui de la femelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inspection.   Lun 22 Déc - 22:01

    Rexia avait espérée convaincre le chien roux de la laisser tranquillement faire son travail et de ne pas lui mettre des bâtons dans les roues. Elle avait espérée que parler du danger lui ferait comprendre que son maître et elle n'étaient pas ses ennemis, qu'ils faisaient cela dans leur intérêt, et que lui parler des retards le convaincrait que la laisser faire serait bon pour le travail... mais le chien s'interposa encore entre elle et la caisse et la poussa encore à coups d'épaules. Il se montra un peu plus violent que la dernière fois. La bergère-allemande ne connaissait rien à la vie dans la mine, ni aux chiens qui y travaillaient, mais effectivement, elle voulait bien comprendre que la vie de la mine et de la ville, autant que la vie en Alaska et au Texas, d'où elle venait, étaient différentes. Elle se rendait bien compte que ce qu'elle faisait n'était pas les meurs locales. Mais autant ce chien était dressé pour tirer des charges lourdes, autant elle, elle était dressée pour assurer la sécurité, et de telles inspections étaient faites pour la sécurité, et elle comptait bien faire ce pourquoi elle était dressée, autant que ce chiens ne désobéirait pas à son maître, elle en était certaine.

    Rexia tenta de résister aux coups d'épaules du chien, mais il était plus grand et autrement plus costaud qu'elle car il faisait un travail qui exigeait de tirer de lourdes charges. Elle fut contrainte de reculer de trois pas. Cela-dit, elle ne se laissa pas dominée pour autant : elle gardait la tête droite et le regarde pointé, sur un air de défit, sur le museau du chien.


    -Oh oui, je voix que vous vous débrouillez très bien, répondit-elle d'un ton ironique, avec des humains qui parient sur les chances de survies de leurs chiens et que choisissent les meilleurs lors de combats pour se débarrasser des plus faibles. Dit-moi, mon vieux : si une explosion trop puissante te brise une patte, combien de temps va-t-il passer avant qu'ils ne te mettent une balle dans la tête ?

    Rexia ne le cacherait pas : si elle respectait le travail et la vie des mineurs, cette partie la répugnait. De là où elle venait, les chiens et les hommes travaillaient et vivaient ensemble, comme ici, mais les maîtres avaient appris à respecter leurs bêtes. Il ne leur viendrait pas l'idée de les forcer à se battre, ils se battaient d'ailleurs eux-même ardemment pour faire interdire ces pratiques. Le chienne essayait de jouer sur cette corde sensible : si la sécurité sur la mine n'était pas respectée, plus de chiens risquaient de se blesser, et donc de se faire abattre.

    Le chien fit claquer ses mâchoires en signe de menace... c'était un geste de trop : Rexia était plus petite et moins forte que lui, mais elle savait se défendre. Et elle allait le lui prouver grâce à l'entraînement qu'elle avait eue au chenil. Elle avait espéré ne pas avoir à se mettre les chiens de la mine à-dos... mais autant elle ne voulait pas se montrer autoritaire, autant elle allait lui montrer à qui il avait à faire : Rexia posa une patte à-côté de celle avant-droite du chien vairon, puis elle saisit son harnais entre ses mâchoires. Pesant de tout son poids, il le fit basculer sur le côté et le fit trébucher sur sa patte. Se servant de sa propre masse contre lui, il le fit se faire emporter par son poids et l'envoya rouler sur le dos. Puis elle s'avança et se plaça, à son tour, entre lui et la caisse, le regardant de haut :


    -Je l'impression que t'as pas bien compris, le rouquin : j'ai pas l'intention d'aller coller ma truffe ailleurs que là où je dois la coller. J'ai été dressée pour ça et par ma queue, je compte bien faire mon travail. Si tu souhaites tant que ça me traîner pas la peau du cou, tu n'as cas essayer, pour voir, et tu verras ce qu'il se passera.


[Si quoi que ce soit te dérange dans mon post, comme le fait que Rexia fait tomber Thorôk, n'hésite surtout pas à me le dire, j'éditerais Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inspection.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Inspection.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Inspection de l'Hueco Mundo [Pv : Dark]
» quand le travail rend malade
» [EVENT] Inspection de Crevasse
» Inspection.
» [CLOS] Dortoir des filles et un garçon qui s'y promène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konik :: 
Terres RPG
 :: 
    Les mines
 :: Le hangar
-